Le prochain rempart contre les cyberattaques sera-t-il suffisamment solide ?

Le prochain rempart contre les cyberattaques sera-t-il suffisamment solide ?

Lorsque vous vous introduisez dans le monde de l’informatique, il existe plusieurs termes qui vous deviennent familiers. On parle ainsi de virus, d’antivirus, de périphériques, de mise à jour, de « cloud » et de plein d’autres termes qui heurtent souvent la logique des personnes qui n’y sont pas habituées. Le terme qui revient de plus en plus de nos jours dans les médias, c’est celui de « cyberattaque ». Aujourd’hui, les attaques cybernétiques vont au-delà des dommages qu’elles peuvent causer à de simples personnes, pour constituer un souci majeur pour les entreprises. Cela est d’actualité au point où l’on se demande si le prochain rempart contre les cyberattaques sera suffisamment solide pour que les victimes aient du répit pendant un moment.

Qu’est-ce qu’une cyberattaque ?

De façon générale, le terme cyberattaque fait référence à l’ensemble des actions menées dans un cyberespace, qui visent les informations ou des systèmes qui les traitent, en portant atteinte à leurs intégrités, à leurs disponibilités ou encore à leurs confidentialités. C’est un type d’attaque qui au-delà de simples menaces de virus, s’élève au niveau de grandes entreprises pour causer du tort à leurs systèmes informatiques. Les Pirates volent ainsi des données cruciales de ces entreprises pour les rançonner ou s’en servir contre eux. Des études sont alors réalisées presque tous les jours pour venir à bout de ce phénomène.

A découvrir également : Quelle stratégie webmarketing adopter en 2022 ?

Le cloud, un moyen pour se mettre à l’abri des cyberattaques ?

Selon une étude réalisée en ligne par l’Usine Nouvelle, plus d’une entreprise sur deux reconnait avoir été victime d’une cyberattaque au cours des douze derniers mois. Toutefois, considérant le risque de se faire voler des données ou de voir leurs entreprises bloquées, ces entreprises ne sont pas forcément réceptives quant à la nécessité d’utiliser le cloud pour y stocker leurs données. Selon 36 % d’entre ces entreprises, le cloud renforce la sécurité. Mais 41 % pensent le contraire.

Cependant, les conclusions de cette étude rendent unanime tout le monde sur un point concret. Outre les contraintes financières, le facteur humain dans la sécurité informatique doit être pris en compte pour mener à bien cette lutte.

A lire en complément : Qu'est-ce que le monitoring de site web?

L’humain, futur rempart de la lutte contre les cyberattaques

Il est rare qu’une attaque de type cybernétique puisse se produire sans que l’utilisateur final, celui-là qui travaille sur son outil informatique intervienne. Autrement dit, pour qu’une cyberattaque marche, on vous envoie un mail ou un lien, sur lequel il faudra cliquer pour qu’au final le pirate informatique puisse disposer de vos identifiants et mots de passe personnels. Cela marche donc dans un contexte où l’utilisateur doit travailler avec rapidité et n’a pas toujours le temps de réfléchir.

Toutefois, si l’utilisateur final est prévenu et bien coaché, ce dernier peut apprendre à éviter ce genre de piège et ainsi devenir lui-même une solution à un problème qui perdure depuis longtemps. Alors, outre les mesures de sécurité telles que les antivirus et autres systèmes de sécurité, l’humain lui-même pourrait constituer un rempart solide contre les cyberattaques.

Les derniers outils technologiques pour renforcer la sécurité numérique

En plus de l’homme, la technologie peut aussi renforcer les défenses contre les cyberattaques. Les dernières avancées en matière de sécurité numérique peuvent offrir une protection accrue aux entreprises et organisations qui cherchent à se prémunir contre ces menaces.

Les réseaux privés virtuels (VPN) sont un exemple d’un outil essentiel pour garantir la confidentialité des données échangées sur Internet. En utilisant un VPN, les communications sont cryptées et sécurisées, ce qui empêche tout accès non autorisé venant de tiers malveillants.

Un autre outil efficace est le pare-feu, qui surveille les connexions entrantes et sortantes afin de détecter toute activité suspecte ou dangereuse. Cela permet d’empêcher l’accès non autorisé aux systèmes informatiques internes ainsi que la propagation des virus dans les différents réseaux informatiques.

Les solutions basées sur l’intelligence artificielle (IA) sont aussi en train de prendre leur envol pour renforcer encore davantage la sécurité numérique. Les logiciels intégrant l’IA peuvent analyser rapidement des volumes importants de données pour identifier des comportements suspects ou anormaux, ce qui permet aux professionnels du secteur informatique d’intervenir avant qu’une attaque ne cause trop de dégâts.

Il faut être vigilant quant à certaines failles dans certains types de VPN mettant en danger la confidentialité des données. Les pare-feux ne peuvent bloquer toutes les menaces et certains hackers ont trouvé des méthodes pour contourner ces protections informatiques.

Il est clair que la sécurité numérique doit être pensée dans toute sa complexité. Il n’y a pas de solution universelle qui puisse garantir une protection à 100% contre les cyberattaques. Mais en combinant l’utilisation de technologies récentes avec une formation adéquate pour l’utilisateur final ainsi qu’une vigilance constante, nous pouvons considérablement renforcer notre résistance aux menaces qui planent sur nos systèmes informatiques.

Les mesures à prendre pour se protéger efficacement contre les cyberattaques

Dans cet article, nous avons abordé les différents aspects des cyberattaques, notamment leur fréquence et leur impact potentiel. Nous avons aussi souligné l’importance de la sensibilisation à la sécurité informatique pour prévenir les attaques.

Mais comment pouvons-nous nous protéger efficacement contre ces menaces ? Voici quelques mesures simples mais essentielles que tout le monde devrait prendre en compte :

Mettre à jour régulièrement ses logiciels : Les mises à jour sont souvent publiées pour combler des failles de sécurité dans les logiciels et systèmes d’exploitation. Pensez à bien maintenir vos programmes à jour afin de réduire le risque d’exposition aux cybermenaces.

Utiliser un mot de passe fort : Les mots de passe sont souvent la première ligne de défense contre les tentatives d’intrusion. Il est primordial d’utiliser un mot de passe fort, composé d’au moins huit caractères incluant des chiffres, des majuscules, des minuscules et des symboles spéciaux qui sera difficilement devinable par une personne malveillante.

Activer l’authentification à deux facteurs (2FA) : Lorsque cela est possible, activez l’authentification 2FA qui renforce considérablement la sécurité du compte utilisateur en obligeant une seconde validation après avoir entré son nom d’utilisateur ou son e-mail avec son mot de passe. La grande majorité des services web proposent cette fonctionnalité aujourd’hui.

Éduquer votre personnel : Tous les employés doivent être formés à reconnaître les signaux potentiels de phishing et d’autres tentatives d’escroquerie en ligne. Ils doivent savoir comment signaler rapidement une activité suspecte pour éviter les incidents.

Sauvegarder vos données importantes : En cas de piratage, pensez à pouvoir récupérer vos données sensibles à partir d’une sauvegarde protégée contre toute attaque numérique.

La meilleure manière de se protéger des cyberattaques reste la vigilance et l’éducation permanente sur les bonnes pratiques en sécurité informatique. Bien sûr, ces mesures ne garantissent pas une protection absolue, mais permettront néanmoins de limiter considérablement le risque potentiel d’exposition aux menaces numériques.